Message d'erreur

  • There are no workflow states available. Please notify your site administrator.
  • There are no workflow states available. Please notify your site administrator.

Avez-vous déjà testé le slow management?

Est-il encore possible de revoir la course folle des entreprises et le rôle des employés dans ses structures? Les défenseurs du slow management considèrent ce concept comme le modèle garant d'une bonne gestion du temps des forces vives.

Travailler autrement... Renverser la vapeur pour remettre au goût du jour certaines valeurs: travail d'équipe, capacité d'écoute du manager, sincérité dans les rapports, présence physique, recul sur le job... Avec un double objectif très clair: augmenter le bien-être et les performances de l'employé au coeur de son entreprise.

Le slow management est le petit dernier d'une famille dont le patriarche est le slow food apparu à la fin des années 80. Sa descendance fut importante: slow cities, slow travel, slow life, slow sex... L'idée: remettre au goût du jour lune certaine lenteur. En un mot, revoir les priorités dans cette société moderne de consommation et se débarrasser du superflu.

Le slow managment a son slogan: "Remplacer le toujours plus par le toujours mieux!" Il défend également le projet suivant: "comment réussir à passer de l’entreprise, lieu de souffrance et de profits à court terme, à l’entreprise, lieu de bien-être et de performance durable ?" Bref, le management doit-il s'inscrire d'office dans l'ultra-rapidité?

Une théorie remise en avant suite aux nombreux cas de suicides récents vécus dans le monde de l'entreprise à cause de situations de stress et de management agressif. Avec cette question essentielle: comment éviter que des hommes et des femmes décident de mettre fin à leur vie à cause du travail?

Le slow management en cinq points:

 

Le slow management se veut durable

La notion de "court-termisme" est à revoir. Il ne s'agit plus de perdre son temps mais de pouvoir l'aménager de manière efficace. Il faut repenser l'organisation personnelle et collective.

Le slow management veut remettre la qualité à l'honneur

Lorsque la "création de qualité" sera remise à l'honneur et redeviendra le ciment du business, ce dernier ralentira par obligation. Et le constat ne trompe pas selon les défenseurs du concept. Depuis plusieurs décennies, l'accélération du business s'est faite au détriment de la qualité. Et le management n'a plus fait de cette valeur un élément essentiel de la compétitivité.

Le slow management s'attaque aux causes

Des séances de relaxations, de détentes, de massages pour gérer le stress des employés? Insuffisant ! C'est lutter contre les effets et non les causes du stress. Les dirigeants doivent réapprende à passer du temps avec leurs employés et construire en équipe l'avenir de l'entreprise et la solidité de sa rentabilité.

Combattre le mal-être au boulot, c'est assurer à sa société une force et une présence sur le marché. Pour cela, il faut aimer les femmes et les hommes qui composent l'entité. Avoir envie de construire avec eux un pont vers le succès.  Loïck Roche, directeur de la pédagogie de l’école de management de Grenoble, n'hésita pas à parler d' "écologie humaine".

Le slow management n'est pas du "management escargot"

Le slow manager devra être à l'écoute des conseils, avis et remarques de son équipe. Il devra être attentif à la chose, réagir et adapter, si nécessaire, les moyens mis en oeuvre pour réaliser les objectifs de la société . Il n'est donc absolument pas question de modèle de type "pilote automatique". Le slow manager devra forger les résulats par une innovation constante en collaboration avec son team.

Il devra aussi vivre à fond, et de façon positive, son expérience professionnelle du moment. Notamment en prenant part à 100% aux relations sociales établies dans le cadre du travail. Le slow manager se doit de prendre le temps de se retirer, au moins une fois par jour, du tourbillon d'une journée de travail afin de bien analyser les situations et d'apporter des éléments neufs.

Le slow management entend tirer le meilleur des collaborateurs

Ramener la confiance des collaborateurs dans leur entreprise et créer des relations de travail épanouissantes pour tout le monde. Une fameuse gageure diront certains! L'aménagement efficace du temps de travail et le retour de la solidarité via un intérêt général collectif (l'objectif de l'entreprise par exemple...) devront être au centre des préoccupations des slow managers du futur...

 

Texte: L. Dp