"Où vous voyez-vous dans 5 ans ?" : La bonne réponse en entretien

« Où vous voyez-vous dans 5 ans, 10 ans, 20 ans ? » Voici une question-piège typique en entretien d’embauche, qui prend bien souvent les candidats au dépourvu.

Vous n’y avez peut-être simplement jamais réfléchi, ou cela ne vous semble de toute façon pas très important. Pourtant, pour faire bonne impression, mieux vaut préparer un minimum cette réponse, sous peine de suggérer au recruteur que votre avenir professionnel vous importe peu !

  • Pourquoi poser cette question en entretien d’embauche ?

Le recruteur veut simplement s’assurer qu’il pourra compter sur vous à plus ou moins long terme. Votre réponse lui permettra de juger votre ambition, votre motivation et votre fiabilité. Pas question par exemple, d’accorder un poste à responsabilités à quelqu’un qui dans 5 ans, se voit bien travailler à mi-temps à l'autre bout du pays.

Il veut aussi se rassurer sur le fait que vous conviendrez au poste. Autant que votre réponse corresponde donc plus ou moins à un objectif atteignable en restant chez cet employeur. Vous devez donner l'impression de vouloir apprendre, et de vouloir le faire chez eux.

Enfin, le recruteur cherche aussi à estimer si l’entreprise pourra vous aider à atteindre vos objectifs, ou si vous risquez d'être frustré à moyen terme.

  • Comment répondre à «  Où vous voyez-vous dans 5 ans ? »

Gardez en tête que vous devez prouver que vous êtes ambitieux mais réaliste, tout en restant conscient de votre valeur et de vos compétences.

Globalement, vous pouvez presque toujours annoncer que vous aspirez à vous épanouir professionnellement au sein d'une société forte, et acquérir plus de responsabilités. Intégrez à ces éléments les enjeux et compétences propres à votre secteur ainsi que les missions de la fonction pour laquelle vous postulez : manager une équipe, suivi de projet, spécialisation...

En manque d'inspiration ? Essayez de vous renseigner à l’avance auprès d’employés de la société (si vous n’en connaissez pas, allez glaner ces infos sur Linkedin), et observez les tendances. Dans telle entreprise, beaucoup d’employés ont commencé comme commerciaux, pour passer ensuite au marketing et finalement en chef de produit ? Voilà votre réponse !

  • Alternatives

Si vous n'avez vraiment aucune idée de votre situation dans cinq ans, vous pouvez tenter une pirouette en avouant que cinq ans, c'est long, mais que vous pouvez déjà dire vous espérez décrocher tel poste ou mener à bien tel projet d'ici un an.

Vous pouvez également vous focaliser sur vos compétences au lieu de votre progression hiérarchique. "D'ici cinq ans, j'espère avoir bien développé mon analyse stratégique et mes qualités de manager", par exemple.

  • A ne surtout pas répondre...

Ces trois réponses pourraient vous passer par la tête, mais ne les formulez sous aucun prétexte !

« Je me vois CEO de ma propre entreprise » : C’est le rêve de beaucoup de travailleurs, mais mieux vaut le garder pour vous. Le recruteur comprendra que vous n’envisagez pas de vous investir pour son entreprise sur le long terme.

« A votre place ! » : Vous voulez jouez les provocateurs aux dents longues ? Cela risque fort peu de faire rire le recruteur. C’est en plus un objectif très peu réaliste.

« Je me vois dans un hamac aux caraïbes, un cocktail à la main » : Je suppose qu’il ne faut pas vous faire un dessin... Ce genre de réponse indique que vous manquez d’ambition et que vous n’aimez pas beaucoup travailler.

Source : TerraFemina.com, jobmachine.fr, keljob.com