À la Une

31 % des travailleurs n’ont pas été malades en 2023

C’est la première fois en dix ans que les absences de courte durée (moins d’un mois de travail) ont diminué, selon une analyse de SD Worx. Les absences de moyenne durée sont en hausse, tandis que celles de longue durée restent stables. Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

31 %, c’est le pourcentage de travailleurs belges qui n’a pas manqué un seul jour de travail pour cause de maladie en 2023 selon une analyse de SD Worx, prestataires de services RH. Une bonne nouvelle à tempérer puisque l’année 2022 avait été marquée par un nombre records d’absences de courte durée pour maladie .

Diminution d’un côté, augmentation de l’autre

C’est la première fois en dix ans que les absences de courte durée (moins de 30 jours) diminuent. « En moyenne, les Belges n’ont pas été souvent malades, et ils l’ont été un peu moins longtemps aussi », explique François Lombard, spécialiste en absentéisme pour SD Worx. A contrario, l’absentéisme de moyenne durée (entre 30 jours et 1 an) a augmenté en Belgique, sauf en Wallonie. C’est en Flandre que l’augmentation a été la plus significative. Enfin, les absences de longue durée (plus d’un an) restent stables dans notre pays.

Des absences qui pèsent et coûtent cher

Si les absences sur le lieu de travail peuvent avoir un impact sur la charge de travail et la motivation des autres travailleurs, elle a aussi un impact sur les finances des entreprises. SD Worx estime ainsi le coût salarial du temps non travaillé à 1.528 euros par ETP (équivalent temps plein) par an, sans tenir compte des charges patronales.

À la Une

image description

Focus

Green Deal

image description

Découvrez l'actualité Green Deal

Révélez-vous