À la Une

De plus en plus de Belges cumulent deux emplois

Un Belge sur vingt a deux jobs, soit un quart de plus qu’il y a dix ans. Parmi eux, des personnes qui ont deux emplois à temps partiels, qui combinent leur activité principale avec un flexi-job ou qui ont une activité indépendante en complémentaire, comme Caroline* par exemple.
Temps de lecture: 2 min

Plus de 250.000 Belges ont un deuxième emploi, soit 5 % des Belges actifs. Une hausse de plus d’un quart par rapport à il y a dix ans et la plus importante par rapport aux pays voisins. Une augmentation encore plus importante chez les personnes actives de plus de 65 ans, qui sont 68 % de plus. C’est ce qui ressort d’une étude comparative d’Acerta, entreprise de services RH[GX1] . Mais qu’est-ce qui pousse les gens à avoir deux emplois ?

Avoir une sécurité financière, sauf que…

Caroline* est une de ces personnes : « Je me suis lancée comme indépendante en 2020 et face à l’incertitude de mes revenus et pour avoir une sécurité financière, j’ai décidé de prendre un emploi à temps-partiel à côté fin 2022 ». Jongler avec les deux activités, des horaires variés et des tâches différentes n’est pas toujours facile. D’autant que les efforts ne sont pas toujours récompensés : « Cumuler deux emplois, c’est avoir plus de revenus mais c’est aussi être taxée différemment ! J’ai eu une désagréable surprise, j’ai eu l’impression d’avoir travaillé en plus pour rien ! ». Car cumuler deux jobs et gagner plus, c’est aussi prendre le risque de passer dans une tranche d’imposition supérieure !

* Le prénom a été changé.

À la Une

image description

Focus

Green Deal

image description

Découvrez l'actualité Green Deal

Révélez-vous