À la Une

Quels sont les signes imminents d’un licenciement ?

« Vous êtes viré » : la plupart des gens tombent des nues lorsque le couperet tombe. Pourtant, en y regardant de plus près, il y a souvent eu des signaux avant-coureurs que les futurs ex-employés ont préféré ignorer… Dommage, car lorsqu’on en est conscient, on peut toujours tenter de renverser la vapeur…
Temps de lecture: 4 min

En général, plusieurs signes annoncent un licenciement. Tout d’abord, une mauvaise évaluation, même si cela ne représente pas forcément un danger. Par contre, s’il y en a plusieurs de suite, le risque se resserre. Si les raisons invoquées sont un manque de compétences ou d’expérience, il est alors toujours possible de s’améliorer.

Certaines phrases devraient par contre vous mettre la puce à l’oreille, du type « Vous ne correspondez pas à la culture de l’entreprise », « Vous manquez d’esprit d’équipe » ou encore « Votre comportement est problématique ». Si de tels mots sont prononcés, il est alors grand temps de vous plonger dans les petites annonces…

Vous êtes mis à l’écart

s’il vous est soudain difficile d’accéder à des données majeures dont vous avez besoin pour effectuer correctement votre travail, si vous n’êtes plus invité à des réunions importantes, si vous ne recevez plus certains mails, si vous avez un accès limité aux données etc. il est grand temps de vous inquiéter !
Lynn Taylor[1], Spécialiste du monde du travail

Lorsqu’une entreprise envisage de virer quelqu’un, elle lui retire en effet l’accès à certains comptes un peu plus tôt que prévu. Autre signe qui ne trompe pas : les décisions qui sont de votre ressort ne passent plus par vous, mais votre patron s’adresse en direct à vos subordonnés. Lorsque la hiérarchie n’est plus respectée, ça commence à sentir le roussi…

On vous fixe des objectifs inatteignables

Si l’on exige de vous des « missions impossibles », cela peut signifier que l’entreprise cherche à se débarrasser de vous, mais a besoin de preuves significatives de votre « incompétence ». Elle cherchera donc à vous pousser à l’erreur afin de pouvoir justifier votre éviction.

À l’inverse, si vous avez tout à coup énormément de temps libre parce qu’on ne vous confie plus aucune tâche, ou encore que vos missions ont été transférées vers d’autres services, vous pourriez bien vous faire licencier à court terme.

Les relations avec votre supérieur se dégradent

Si votre chef, avec qui vous entreteniez des relations amicales et cordiales jusque-là, commence à vous ignorer ou à vous sermonner en public, cela signifie souvent que votre avenir est compromis au sein de votre entreprise.

Il pourrait aussi vous demander un rapport précis de votre emploi du temps, de vos dépenses, de vos moindres faits et gestes… Que vous méritiez ou non ce traitement n’est pas en cause : l’important est de savoir si vous êtes la seule personne à être mise sur la sellette dans la boîte. Si c’est le cas, il est probable que votre supérieur cherche la faute pour pouvoir se débarrasser de vous (à moins qu’il ne tente de vous faire partir de vous-même).

Ambiance étrange et ragots

Si vous trouvez que l’ambiance est bizarre lorsque vous arrivez le matin et que vos collègues se taisent subitement, écoutez votre intuition. Cela signifie souvent que quelque chose se prépare (en l’occurrence, votre licenciement). De la même façon, vous remarquerez que les gens s’éloignent de vous et répandent des ragots.

Les travailleurs préfèrent en général s’écarter du futur licencié, comme s’il s’agissait d’une maladie contagieuse.

Vous devez former quelqu’un pour effectuer votre job

Si votre patron vous demande de former un nouvel employé, c’est généralement flatteur. Mais si vous devez le briefer sur les dossiers en cours, le mettre en relation avec vos clients et le préparer à reprendre votre fonction, ce n’est pas forcément bon signe : il pourrait rapidement vous remplacer. Un peu pervers, on vous l’accorde, mais dans le monde de l’entreprise, tout est possible !

Une réorganisation drastique

Parfois, il n’y a aucun signe avant-coureur que l’on va se faire licencier, car le licenciement est lié à une restructuration complètement indépendante de vos performances ou de vos relations avec votre hiérarchie. Vous pouvez aussi très bien vous faire virer si l’entreprise négocie un nouveau tournant dans lequel vous n’avez plus votre place.

Un nouveau conseil d’administration peut aussi souhaiter du sang neuf et/ou chercher à atteindre d’autres cibles. Dans ce cas, l’annonce de votre licenciement sera impossible à anticiper.

[1] Spécialiste du monde du travail, elle est l’auteure de « Tame Your Terrible Office Tyrant : How to Manage Childish Boss Behavior and Thrive in Your Job. »

À la Une

Révélez-vous