À la Une

Télétravail : faut-il imposer le retour au bureau ?

Les entreprises qui souhaiteraient imposer le retour au bureau feraient-elles le bon choix ? Pas vraiment, car le télétravail est bien ancré aujourd’hui selon Kathleen Jacobs, experte en télétravail pour SD Worx.
Temps de lecture: 3 min

Quel est l’état des lieux du télétravail en Belgique aujourd’hui, selon vous ?

C’est devenu un élément indispensable d’un package salarial depuis le Covid. C’est très important pour les travailleurs. Ils ont besoin, comme les entreprises, de flexibilité. Je n’ai pas l’impression qu’on va vers une situation de suppression du télétravail et d’un retour à la situation pré-crise coronavirus. Nous allons plutôt vers une situation où les entreprises sont en train de réévaluer ce qui a été mis en place : est-ce que le télétravail doit être aussi important, comment l’organiser d’une autre manière. C’est une demande des entreprises mais aussi des travailleurs. Il faut pouvoir trouver un équilibre pour éviter que les gens perdent la connexion avec leurs collègues, l’employeur et la culture de l’entreprise. Le télétravail et le travail hybride, avec des horaires flottants par exemple, sont vraiment importants.

Pourquoi cet équilibre est-il important ?

Plus que le retour au bureau, les entreprises veulent ajuster et reformuler les modalités. Pendant le Covid, il y avait des moments où il n’y avait personne au bureau certains jours et ceux qui y allaient se retrouvaient seuls. Il faut pouvoir créer des moments ensemble dans l’entreprise, comme prévoir un jour de collaboration où tout le monde est présent en même temps une fois par semaine ou toutes les deux semaines. Il y aura ces moments où on parle, où on est à la machine à café. C’est essentiel pour maintenir une bonne relation entre travailleurs. On ne pense pas toujours forcément aux nouveaux collègues qui auront ces instants pour s’intégrer, apprendre, être formé, se développer et faire connaissance avec l’entreprise et les collègues. Quand on se connaît, on est beaucoup plus efficace et on va directement vers les bonnes personnes.

Comment trouver ces modalités ?

Il est indispensable d’être flexible. Ce n’est pas « one size fits all ». Ce qui fonctionne dans une équipe ne fonctionnera pas ailleurs. Oui, il y a la nécessite d’être au bureau quand c’est propre à la fonction. Il faut un cadre général dans la société, mais selon les modalités et équipes, cela peut varier.

Car tout le monde n’a pas le même rapport au télétravail…

Cela dépend de la nature du travail mais aussi de la personne ou du moment. Certains préfèrent travailler à domicile car il y a trop de bruit dans l’open space. Quand on rentre de congé et qu’on a des centaines de mails à vérifier, on voudra peut-être le faire à la maison, on n’aura pas besoin d’être au bureau entouré de ses collègues. Il faut pouvoir déterminer quelles tâches on peut faire à la maison, et quelles tâches on peut faire au bureau. C’est le plus difficile.

A quoi s’exposent les entreprises qui imposeraient un retour au bureau ?

Si la nature du travail le permet, je ne vois pas comment ce serait possible. Si une entreprise annonce qu’elle supprime le télétravail, ce sera très difficile de trouver des gens pour effectuer ces fonctions. Dans la tête des travailleurs belges, c’est quelque chose d’acquis. Si ce n’est pas repris dans le paquet salarial, ce sera difficile.

D’autant que cela a un impact sur la satisfaction. 55 % des Belges sont satisfaits de leur manager, et ils sont même 70 % s’ils sont autorisés à télétravailler selon une enquête SD Worx.

C’est un avantage que l’on n’avait pas avant. Cela donne plus de flexibilité si on a une livraison à la maison, si on doit aller chez le médecin, si l’électricien vient. Avant, on devait planifier, demander congé, négocier. Aujourd’hui cela nous donne de la liberté. Si le manager fait cela bien, et lui aussi a dû s’adapter à la gestion d’une équipe à distance, et donne de la confiance, la satisfaction augmente.

À la Une

image description

Focus

Green Deal

image description

Découvrez l'actualité Green Deal

Révélez-vous