Premier emploi

Bientôt jeunes diplômés ? À vos CV !

D’ici juin à septembre, de nombreux jeunes diplômés enverront lettres de motivation et CV dans l’espoir de décrocher leur premier emploi. Plus que jamais, la pro activité doit être au rendez-vous, quitte à déjà prospecter maintenant.
Temps de lecture: 3 min

À un mois et demi de la fin de l’année académique, l’heure est déjà aux réflexions en matière d’emploi pour les étudiants en dernière année. Les plus chanceux ont déjà signé leur premier contrat avant même d’avoir leur diplôme en poche. C’est par exemple souvent le cas des profils en pénurie tels que les ingénieurs/es, les techniciens/ciennes, les informaticiens/ciennes ou encore les infirmiers/ères… D’autres attendent d’être officiellement diplômés avant de postuler et n’enverront leur CV qu’à la fin du mois de juin voire de septembre. À tort ? Peut-être bien. Car à cette période les entreprises sont submergées par les candidatures des demandeurs d’emploi fraîchement sortis des bancs de l’école dans un marché où les tensions se font sentir. « Le marché de l’emploi reste très compétitif. Il y a un grand nombre de demandeurs d’emploi, notamment des personnes qui se sont récemment retrouvés au chômage à la suite de la crise sanitaire et qui jouissent d’une grande expérience. Pour se démarquer, les nouveaux arrivants sur le marché du travail doivent plus que jamais faire preuve d’une pro activité importante », estime Thierry Ney, porte-parole du Forem.

Analyser les offres existantes

Si l’idée de dégainer vos lettres de motivation et vos CV vous semble toutefois encore un peu précoce, rien ne vous empêche de déjà prospecter le marché. « Ce qui peut être intéressant, c’est déjà de faire un premier état des lieux des opportunités existantes dans le secteur visé. Analysez les offres disponibles, songez aux postes que vous ambitionnez. Et surtout prêtez attention aux compétences requises pour les postes qui vous intéressent. Une fois celles-ci identifiées, vous pouvez réfléchir à combler vos lacunes par des formations en IT ou en langues par exemple, qui pourront vous aider à ouvrir certaines portes », conseille Thierry Ney. Une fois votre diplôme décroché, ne perdez pas de temps avant de vous inscrire auprès du Forem ou d’un autre service public de la formation et de l’emploi. Cette inscription actera non seulement votre statut de demandeur d’emploi, mais vous permettra également de bénéficier d’une série d’avantages et d’outils pour postuler : conseils pour rédiger CV et lettre de motivation, profil en ligne, préparation à un entretien d’embauche ou encore utilisation efficace des réseaux sociaux…

Le marché reprend vigueur

« Nous constatons une certaine vigueur sur le marché, une reprise de l’emploi. Les indicateurs actuels sont encourageants. Le site du Forem répertorie actuellement 50.000 opportunités d’emploi. Les jeunes se positionnent surtout sur des contrats à durée déterminée (CDD) et des contrats d’intérim, mais la demande d’emploi liée à ce public a diminué de 8 %. Tandis que le volume d’offres d’emploi a, lui, augmenté par rapport à l’année dernière », souligne le porte-parole du Forem. Parmi les secteurs qui reprennent peu à peu des forces figurent les secteurs de la construction et plus récemment de l’horeca. À titre d’exemple, 1.947 offres d’emploi sont actuellement diffusées sur leforem.be par les employeurs de ce secteur en particulier. Pour répondre à ces besoins urgents de main-d’œuvre, le Forem dispose dans sa base de données de 6.500 demandeurs d’emploi ayant une expérience récente. Parmi ces fonctions, on dénombre 1.375 postes de serveurs, 920 commis de cuisine, 501 cuisiniers, 426 commis de salle et 371 barmans, tous mobilisables rapidement pour les employeurs du secteur de l’horeca. « Puisque les décisions du dernier comité de concertation semblent évoluer dans le bon sens, cette reprise devrait s’amplifier dans d’autres secteurs clés. Des perspectives devraient être entrevues par le secteur touristique par exemple, ce qui signifie que de potentielles opportunités seront à saisir dans les semaines et mois à venir », conclut Thierry Ney

À la Une

Révélez-vous