Reconversion

Comment marquer des points comme salarié senior ?

Même si le marché de l’emploi se révèle (un peu) plus ouvert aux seniors, il n’est pas inutile d’améliorer ses chances avec quelques conseils pratiques. Article réservé aux abonnés
Par Philippe Degouy
Temps de lecture: 3 min

Déclassés il y a quelques années encore, les seniors se voient aujourd’hui plus courtisés par les entreprises. Mais si la situation s’éclaircit donner un petit coup de pouce au destin ne sera pas superflu. Pour mettre toutes les chances de son côté lors de l’entretien d’embauche.

Faire de son âge un avantage

Les clichés relatifs aux travailleurs âgés s’effondrent un par un. Pour peu d’avoir réussi à briser la peur de postuler et d’affronter un refus éventuel, le senior peut jouer une belle carte dans sa recherche d’emploi. Et rafler la mise avec ses atouts.

Pour l’anecdote, le taux d’emploi des 55-64 ans a doublé en 20 ans, avec un pourcentage de 56,6 % (source Statbel). Un incitant de plus pour qui hésite encore à tenter sa chance.

Première étape à suivre, sélectionner l’entreprise qui aura davantage besoin de son profil et de son expérience. Cela permettra de limiter perte de temps et réponses négatives probables. Un candidat senior qui aura aussi, et surtout, à mettre en avant sa personnalité et ses soft skills. Fondamentaux pour faire la différence à diplôme égal. Des qualités humaines à mettre en (très) bonne place lors de la réécriture du CV, indispensable. Tout comme les compétences informatiques. Vous écrivez un blog, vous êtes présent sur les réseaux ? Autant de points positifs de plus à ajouter sur le CV.

« L’entretien décroché, il convient de convaincre le recruteur d’avoir le candidat idéal devant lui. Et cela passe aussi par le soin accordé à son image. Le look et la gestuelle ne doivent pas trahir l’âge. Tout en vous doit refléter une image de dynamisme pour que l’impression visuelle confirme le CV » explique Bernard Lannois, coach en communication.

Un dernier point peut achever de convaincre un manager : l’absence annoncée de réticence au changement et aux formations. Les points souvent évoqués par le DRH pour hésiter à engager un senior. À vous de les faire mentir.

Senior en entreprise : du win-win ?

Pour l’entreprise, miser sur un salarié senior constitue également une bonne opération. Avec plus d’un avantage. Comme le profit d’une compétence gagnée au fil des décennies et d’une loyauté assurée. Le quinquagénaire engagé aura probablement moins la tentation d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte. Tout bénéfice pour l’employeur au vu des coûts élevés à engager pour un recrutement, avec une moyenne de 5 000 euros (source : SD Worx). Des seniors qui se montrent aussi plus disponibles et plus souples quant aux horaires, libérés du souci des enfants à gérer.

À la Une

Révélez-vous