Le Belge préfère travailler dans le public que dans le privé

Salaire, jours de congés, avantages... Tout le monde voudrait-il travailler pour l'Etat ? D’après une récente étude de Randstad, le secteur public est un bien meilleur employeur que le secteur privé.

Son score d’attractivité moyen est en effet de 36%, alors que les entreprises privées plafonnent à 25% : une attractivité qui serait due, d'après Randstad, à une "dynamique positive qui entraîne une modernisation en profondeur de la gestion des ressources humaines".

L'étude en question a été menée fin de l'année dernière sur 14.000 personnes (qui ont évalué 180 entreprises privées et 29 entreprises publiques) par ICMA International pour le spécialiste des ressources humaines et de l’intérim Randstad. Résultats? Mis à part en ce qui concerne la qualité du management, le secteur privé est considéré comme beaucoup moins attractif que le secteur public.

Le public est notamment largement mieux perçu que le privé en termes de sécurité d’emploi et d’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Il est également considéré comme plus attractif en ce qui concerne le package salarial, le contenu de la fonction, les possibilités de carrière, les opportunités de formations, l’ambiance de travail, la santé financière de l’entreprise... Le privé est donc battu à plate couture dans la "guerre des talents".

Classement de l’attractivité des secteurs

Si l'on considère les services publics comme un seul secteur, que l'on compare ensuite aux 24 autres secteurs du privé, les organismes de l'Etat sont uniquement devancés par l'industrie pharmaceutique et les médias.

 

Secteur

2013

2012

1

Pharmaceutique

40,2%

44,4%

2

Médias

37%

39,2%

3

Secteur public

35,9%

40,4%

4

Informatique-consultance

34,3%

39,1%

5

Electronique

29,7%

31,8%

6

Aéronautique

29,2%

32%

7

FMCG/non-food

27%

29,1%

8

FMCG/food

26,8%

30,3%

9

Construction-installation-énergie

26,2%

30,3%

10

Chimie

26,1%

30,5%

Le service public, employeur de rêve?

Des chiffres qui reflètent plutôt bien la réalité, selon Jan Denys, expert du marché du travail chez Randstad: "La perception du grand public correspond dans les grandes lignes à la réalité. La sécurité d’emploi des statutaires nommés à titre définitif est évidemment plus élevée que celle de profils identiques dans le secteur privé. Ce constat prévaut également pour les contractuels disposant d’un contrat à durée indéterminée. En ce qui concerne les salaires, il est clairement ressorti de l’étude que, dans l’ensemble, les autorités attribuent des salaires conformes au marché."

Jan Denys s'interroge toutefois sur la légitimité des services publics: "On est en droit de se demander si les autorités ne proposent pas des salaires trop élevés, créant de la sorte un déséquilibre sur le marché. Dans la même logique, on peut se poser des questions sur les nominations à titre définitif."

En effet, certains avantages des travailleurs du secteur public pourraient être amenés à disparaître. Le secteur est en effet à l'aube d'une réforme drastique, initiée par le secrétaire d'Etat à la fonction publique Hendrik Bogaert, dont le but est de réduire les coûts de fonctionnement et de mettre fin au préjugés sur la fonction publique.